Analyse des raisons de l’arrêt de « On n’demande qu’à en rire »

Vous vous souvenez sans doute de cette émission qui a marqué le paysage télévisuel français au début des années 2010. "On n’demande qu’à en rire", orchestrée par Laurent Ruquier et diffusée sur France 2, a permis à de nombreux humoristes de se révéler au grand public. Malheureusement, celle-ci a cessé de divertir son audience en 2015. Pourquoi donc cet arrêt abrupt ? Quelles sont les raisons qui ont poussé les producteurs à mettre un terme à cette émission ? Analysons ensemble les dessous de cette décision.

Le concept de l’émission

Avant d’aborder les raisons de l’arrêt de l’émission, il est important de se rappeler de son concept. "On n’demande qu’à en rire" était une émission qui donnait la parole aux humoristes, qu’ils soient connus ou non, leur permettant de présenter un sketch sur scène. Chaque passage était noté par un jury composé de professionnels de l’humour, dont Jean Benguigui, la grand-mère du rire, Muriel Robin et Jérémy Michalak.

Les humoristes devaient respecter un code précis : un thème imposé, une durée limitée et le coup de corne de Laurent Ruquier s’ils dépassaient leur temps imparti. Ce format original, alliant compétition et humour, a rapidement séduit le public français.

Une audience en baisse

Cependant, malgré un concept novateur et attrayant, l’émission a vu son audience décliner au fil des saisons. Ainsi, la chaîne France 2, toujours à l’affût des chiffres d’audience, n’a pas manqué de noter cette baisse significative.

Au début, "On n’demande qu’à en rire" attirait en moyenne 5 millions de téléspectateurs. Mais dès la troisième saison, l’audience a commencé à fléchir, passant à 3 millions de fidèles. La chaîne a alors pris la décision d’arrêter l’émission à l’issue de la quatrième saison, une décision qui a suscité beaucoup de réactions chez les fans de l’émission.

Le départ de Laurent Ruquier

Autre raison notable de l’arrêt de "On n’demande qu’à en rire" : le départ de son animateur emblématique, Laurent Ruquier. En effet, à la fin de la troisième saison, ce dernier avait annoncé son intention de quitter l’émission, laissant ainsi un vide difficile à combler.

Malgré la présence de Jérémy Michalak à la suite de son départ, l’émission a perdu de son attrait. Le charisme de Laurent Ruquier, sa facilité à manier l’humour et sa complicité avec les humoristes faisaient de lui un atout majeur de l’émission. Son départ a donc grandement contribué à la baisse d’audience du programme.

Un jury en constante évolution

Le jury de "On n’demande qu’à en rire" a connu de nombreux changements tout au long des quatre saisons de l’émission. Ainsi, de nombreuses personnalités très différentes se sont succédées, parmi lesquelles Catherine Barma, Jean-Luc Moreau ou encore Michèle Bernier.

Ces changements fréquents ont pu déstabiliser les téléspectateurs, qui ont dû s’adapter à chaque nouvelle saison à un nouveau jury. De plus, la note attribuée par le jury avait une importance capitale dans le déroulement du jeu, ce qui a pu créer une certaine confusion chez les fans de l’émission.

L’épuisement du concept

Enfin, la dernière raison que l’on peut évoquer est l’épuisement du concept lui-même. En effet, "On n’demande qu’à en rire" était une émission quotidienne, ce qui signifie qu’un nouveau sketch devait être écrit, répété et joué chaque jour. Une cadence élevée qui a pu user à la fois les humoristes et le public.

De plus, l’émission reposait sur un principe de compétition, ce qui signifie que chaque humoriste devait constamment se surpasser pour espérer rester dans le jeu. Un rythme effréné qui a pu finir par lasser les téléspectateurs, et notamment les fans de l’émission.

En conclusion, plusieurs raisons ont conduit à l’arrêt de "On n’demande qu’à en rire" : une baisse d’audience, le départ de Laurent Ruquier, un jury en constante évolution et l’épuisement du concept. Une fin qui a laissé un grand vide dans le paysage télévisuel français, mais qui a aussi permis à de nombreux humoristes de faire leurs premiers pas sur scène et de se faire connaître du grand public.

Les humoristes révélés par l’émission

"On n’demande qu’à en rire" n’a pas seulement marqué les esprits pour son concept novateur, mais également pour les humoristes qu’elle a révélés. Au fil des saisons, de nombreux talents se sont dévoilés, offrant au public français des moments de rire mémorables. Jeremy Ferrari, Arnaud Tsamere, Bruno Guillon, Florent Peyre, Garnier et Sentou sont autant de noms qui ont marqué l’histoire de l’émission.

Ces humoristes ont su se distinguer par leur originalité, leur audace et leur humour aiguisé, se pliant avec brio aux contraintes imposées par le concept de l’émission. Par exemple, les sketchs de Jeremy Ferrari sur des sujets délicats, ou encore les performances du duo Garnier et Sentou, sont restés gravés dans la mémoire des téléspectateurs. Certains, comme Florent Peyre ou Kev Adams, se sont même vus offrir leur propre émission suite à leur passage dans "On n’demande qu’à en rire".

Les Lascars Gays, Ahmed Sylla et Olivier de Benoist ont également marqué les esprits avec des sketchs mémorables, allant de la parodie de la vie de couple aux satires sociales, en passant par des performances de mime ou de stand-up.

Cependant, malgré le talent indéniable de ces humoristes, l’émission n’a pas su maintenir son succès, en partie à cause de l’épuisement du concept et du départ de Laurent Ruquier, mais aussi en raison du rythme effréné imposé aux participants.

L’héritage de "On n’demande qu’à en rire"

Malgré son arrêt en 2015, "On n’demande qu’à en rire" a laissé un héritage indéniable dans le paysage télévisuel français. En effet, l’émission a changé la donne pour de nombreux humoristes, leur offrant une visibilité et une reconnaissance du grand public.

Par ailleurs, "On n’demande qu’à en rire" a également changé la donne pour les émissions de divertissement en France. Grâce à son concept innovant, elle a montré que l’humour pouvait être un véritable vecteur de compétition, tout en offrant une plateforme d’expression pour les humoristes. De nombreux programmes télévisés ont depuis tenté de reprendre la recette, avec plus ou moins de succès.

Enfin, l’émission a également marqué les esprits par la qualité de ses sketchs. Plusieurs d’entre eux, comme le "Malade imaginaire" d’Arnaud Tsamere ou l’"Acte de scène" de Florent Peyre, ou encore les sketchs de Cyril Étesse et d’Aymeric Lompret, sont devenus cultes et continuent d’être partagés sur les réseaux sociaux, plusieurs années après la fin de l’émission.

Conclusion

"On n’demande qu’à en rire" a marqué une génération de téléspectateurs et d’humoristes par son concept novateur et sa capacité à révéler de nouveaux talents. Son arrêt en 2015 peut être attribué à plusieurs facteurs, notamment une baisse d’audience, le départ de Laurent Ruquier, un jury en constante évolution et l’épuisement du concept. Cependant, l’émission reste dans les mémoires pour les rires qu’elle a provoqués et les carrières qu’elle a lancées. Même si elle n’est plus à l’antenne, son héritage perdure et continue d’inspirer le paysage télévisuel français.

Copyright 2024. Tous Droits Réservés